« Des élus de province à Paris pour défendre la liberté communale » titre l’Agence France Presse

conf presse elus 14-02

La conférence de presse de la délégation des élus, à son retour de l’Elysée, le 14 février 15h30.

afpPARIS, 14 février 2014 (AFP) – Des élus de tous bords et venus d’un peu partout sont montés vendredi à Paris pour tenter de rencontrer François Hollande et faire prévaloir « la liberté des communes ».

Emmenée par le maire de Mailhac (Aude) Gérard Schivardi, ex-candidat à la présidentielle de 2007, et Jean Bartholin, conseiller général (divers gauche de la Loire), une délégation d’une dizaine de personnes, qui se dit « mandatée par 1 500 élus », veut obtenir l’inscription à l’ordre du jour d’une proposition de loi en ce sens, a-t-elle expliqué à la presse.

Le texte, tenant en une phrase relevant plus d’un principe général que d’une véritable proposition de loi, demande à l’Assemblée nationale « de rétablir le libre choix des communes de s’associer ou de se dissocier librement dans le cadre de la coopération intercommunale, conformément au mandat explicite de la population ».

Ce mandat, affirment les promoteurs de cette initiative, résulte de la large réélection de 172 maires, adjoints, conseillers municipaux de la région de Roanne (Loire), berceau du mouvement, quelques semaines après leur démission en 2013 pour protester contre « l’intercommunalité forcée ».

Ces élus, issus en majorité du monde rural et soutenus par quelques députés et sénateurs comme Jean Lassalle (MoDem) ou Jean-Jacques Candelier (Nord), réclament l’abrogation de la loi du 16 décembre 2010, votée sous Nicolas Sarkozy, qui a obligé toute commune, sous l’égide des préfets, à faire partie d’une intercommunalité.

« On n’a pas supporté que François Hollande, qui avait combattu cette réforme, finisse par l’appliquer », a déclaré M. Bartholin. De fait, hors région parisienne (où ce sera fait d’ici le 31 décembre 2015), toutes les communes appartiennent depuis le 1er janvier à une « interco ».

« Sous prétexte de développer l’interco, on dépouille progressivement les communes » au profit « des métropoles, le nec plus ultra des collectivités compétitives », a protesté M. Bartholin.

Un rendez-vous doit être fixé avec la ministre déléguée à la Décentralisation Anne-Marie Escoffier, « mais on n’ira que s’il y a François Hollande », a déclaré M. Schivardi, membre du Parti ouvrier indépendant (POI).

tma/szb/ei

Publicités

Poster un commentaire

par | 17 février 2014 · 19:00

Les commentaires sont fermés.