200 élus des Côtes d’Armor, étranglés par la loi NOTRe, se rassemblent à Saint-Brieuc contre la baisse des dotations

Rassemblement élus à St-Brieuc - AMF 190915 -BDPlus de 200 élus ont participé au rassemblement de l’AMF le 19 septembre à Saint-Brieuc, la plupart très remontés contre la baisse des dotations.

Mobilisation d’autant plus importante que le Parti socialiste avait appelé à ne pas y participer « Certains élus porteront un message de contestation du pouvoir plutôt que de défense des collectivités » avait déclaré la fédération du PS dans un communiqué qui ciblait même la présidente de l’AMF 22 : « nous appelons madame la présidente de l’Association des maires de France des Côtes d’Armor à être vigilante sur tout débordement et lui demandons de garantir l’esprit originel pluraliste qui fonde son association ». Cela n’a pas empêché de nombreux élus y compris de socialistes d’y participer.

Armelle Bothorel, présidente de l’AMF 22 a bien entendu le message et a évoqué  » un dialogue responsable et apaisé avec l’Etat qui doit se poursuivre. Dès le mois d’août, le premier Ministre, Manuel Valls a annoncé deux mesures importantes, dont la création d’un fonds d’investissement », elle a néanmoins souligné dans son discours « la diminution drastique des ressources locales pénalise nos concitoyens, déjà fortement touchés par la crise économique et sociale et risque de fragiliser la reprise pourtant indispensable au redressement des comptes publics » ajoutant « Il est à craindre que de nombreux domaines d’interventions soient impactés comme la voirie, les équipements publics, l’aide sociale, la petite enfance, la culture, le sport ».

Le discours a été suivi d’applaudissements polis.

C’est précisément parce que les élus refusent de mettre cette politique en œuvre qu’ils se sont rassemblés ce samedi et les mesures annoncées par le gouvernement sont une goutte d’eau comparées à la baisse des dotations, sans compter la mise en œuvre à marche forcée de la loi NOTRe. Le maire de Planguenoual a déclaré à la presse : « On sort d’une campagne électorale où l’on a pris des engagements. D’ici 2017, notre commune verra une diminution de 217 000 € de dotations. A cela s’ajoutent 100 000 € de charges supplémentaires ». Ce qui fait dire à Carine Weber, conseillère municipale de Kerbors « les communes se sentent étranglées par la loi NOTRe ». Le conseil municipal de Ploulec’h ayant fait ses comptes : « sur une dotation annuelle de 219 000€, cela s’est traduit par une ponction de 8 900€ en 2014 et 22 000€ en 2015. Celle-ci sera vraisemblablement de 35 000€ en 2016 et de 48 000€ en 2017. Soit une ponction de 113 900€ en 4 ans. Bien sûr, ces ponctions impacteront nos projets, rogneront sur tous les services et pourront remettre en cause le personnel communal à votre service » avait appelé la population à manifester.Rassemblement élus St-Brieuc 190915 2 BD

C’est la raison pour laquelle le texte du comité des Côtes d’Armor pour le retrait de la loi NOTRe a été bien accueilli, cinq nouveaux élus ont signé l’appel Bartholin-Schivardi.

A la fin la maire de Fréhel se félicitait d’avoir réuni plus de 100 personnes en juin dans sa commune pour le retrait du projet de loi : « On a bien fait, il ne faut pas lâcher, il faut rester mobilisé, je viendrai à la prochaine réunion du comité ».

Prochaine réunion du comité des Côtes d’Armor pour le retrait de la loi NOTRe
lundi 28 septembre à 18 heures 30 à la mairie de Ploubezre.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans démocratie

Les commentaires sont fermés.